);

Si les bébés et les jeunes enfants sont encore trop jeunes pour recevoir une éducation musicale à proprement parler, il n’est pas trop tôt pour les sensibiliser aux sons et à la musique. Pour cela, Muminbu met tout oeuvre pour susciter des émotions musicales chez votre enfant.

L’éveil musical dépasse le sens d’un  pré-apprentissage de la musique et fait référence au développement de la sensibilité, de la curiosité, de l’expression, d’une écoute plus large du monde et d’une ouverture sur les arts et la vie.

Cet éveil est favorisé par  les moments de partage et d’échange avec les adultes qui l’accompagnent dans ses expériences multi sensorielles.

Les adultes sont invités à participer activement aux ateliers en chantant et jouant avec les enfants. Qu’importe de chanter faux ou juste, les recherches ont démontré que la voix chantée ou parlée chantée a le mérite de susciter l’intérêt des bébés.

De plus, nos ateliers font appel à de nombreux objets et instruments de musique pour que l’enfant puisse participer activement et librement à son éveil sensoriel et faire preuve de curiosité.

Enfin, les ateliers sont animés par des musiciens et chanteurs professionnels qui viennent avec leur instrument de musique pour s’accompagner et offrir aux enfants des sessions interactives de musique live. Si, les chanteurs et musiciens sont pour la plupart parfaitement bilingues, 85% des chansons chantées sont en anglais et la majorité des explications et consignes sont données en français pour s’assurer que tous les enfants et accompagnateurs puissent comprendre et participer.

Notre pédagogie s’inspire et se fonde sur les recherches menées sur l’apprentissage de la musique par les jeunes enfants et notamment sur les théories de :

Edwin Gordon et le sens de l’écoute

Il s’est spécialisé dans les processus d’apprentissages des jeunes enfants, de la naissance, jusqu’à l’âge de 5 ans.

Selon lui les enfant apprennent la musique de la même façon qu’ils apprennent une langue : ils commencent par écouter. Ensuite, ils passent par une phase de « gazouillis » pour expérimenter les différents sons et trouver ceux qui sont propres à leur langue maternelle.

Puis, ils sont capables de reproduire les mots pour enfin les placer dans des phrases qui ont un sens.

Jacques Dalcroze et le mouvement

Selon Dalcroze, le rythme est la première notion à maîtriser avant de débuter tout apprentissage musical (théorique, instrumental…). Pour cela, il a développé une méthode alliant musique et mouvements car pour lui, l’apprentissage se fait plus aisément lorsqu’il est multi-sensoriel. Grâce au corps, les enfants développent une perception naturelle de la musique et développe également leur créativité (à travers la place qui est accordée à l’improvisation)

Carl Orff et l’interaction 

Selon le compositeur allemand, un enfant doit être capable de ressentir et reproduire des rythmes et des mélodies avant même de commencer l’apprentissage du solfège, de la même façon qu’un enfant apprend à parler avant de lire et écrire.

Selon Orff, un enfant fait l’expérience d’un concept/ d’une notion avant même de mettre des mots dessus, c’est donc en expérimentant la musique que l’enfant l’apprend, avant même d’en connaitre la théorie

L’approche de Carl Orff prône l’utilisation d’instruments de musiques adaptés aux enfants (petites percussions), de mouvements, de jeux, de chants pour faciliter l’apprentissage.

L’enfant doit être actif dans son apprentissage: « Si tu m’expliques, j’oublie. si tu me montres, je me souviens. Si tu m’impliques, j’apprends »

L’imitation est un concept très fort dans cette pédagogie et la communication est surtout non verbale.